> Sols et hydrogéologie/eaux souterraines - Prolongement vers le nord de la ligne de métro Yonge | Metrolinx Engage

Message d'avertissement

Les soumissions sont fermées.

Sols et hydrogéologie/eaux souterraines - Prolongement vers le nord de la ligne de métro Yonge

← Retour à l'aperçu du rapport environnemental sur le projet

Principales conclusions

  • Les activités de construction, y compris la construction du tunnel et les excavations au niveau du lancement, les puits d’extraction, les stations au-dessous du niveau du sol et les bâtiments des sorties de secours s’étendront sous la nappe phréatique, mais les méthodes de construction seront choisies pour minimiser l’---èchement durant la construction.
  • Lorsque des eaux souterraines sont extraites, elles seront traitées, au besoin, afin de respecter les règlements municipaux pertinents en matière d’évacuation des eaux usées.
  • Les impacts potentiels sur les eaux souterraines seront examinés plus en détail et documentés dans la stratégie de gestion des sols et des eaux souterraines qui sera élaborée avant la construction, et des mesures d’atténuation appropriées seront mises en œuvre pendant la construction (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation).

crew conducting Geotechnical Investigations<br />

Figure 1 : Enquêtes géotechniques du PNLMY

  • Comme les tunnels, les stations et les bâtiments des sorties de secours seront conçus et construits pour résister aux pressions exercées par les eaux souterraines, on ne prévoit pas que des systèmes permanents d’---èchement des eaux souterraines soient nécessaires pour ces structures. Par conséquent, les structures ne devraient pas interrompre les voies de migration des eaux souterraines existantes à long terme.
  • Sans mesures d’atténuation, des impacts sur le sol sont possibles (p. ex., mouvements et tassement du sol découlant de l’excavation). La réalisation d’études géotechniques au cours de la conception détaillée, la réalisation de plans de gestion des sols au fur et à mesure de l’avancement de la planification et la mise en œuvre de mesures d’atténuation appropriées pendant la construction devraient permettre de minimiser les impacts potentiels (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation).

Effets potentiels et mesures d’atténuation

Effets potentiels :

Phase de construction 

  • L’---èchement, s’il est nécessaire, peut provoquer un rabattement local et temporaire de la nappe phréatique.
  • Si un ---èchement important est nécessaire, par exemple dans les stations souterraines et certains bâtiments de sortie de secours, le rabattement de la nappe phréatique peut avoir un impact sur la recharge des eaux de surface naturelles locales, si elles se trouvent dans la zone d’influence de l’---èchement (ZIA; la zone où le niveau des eaux souterraines est abaissé par l’activité d’---èchement).
  • Potentiel de tassement des fondations en raison de l’---èchement des structures existantes adjacentes au nouveau tracé, dont les fondations sont construites sous la nappe phréatique locale. 
  • Le déplacement des sols en raison des activités de construction peut entraîner un mouvement et un tassement du sol.
  • Les activités de construction (p. ex., l’excavation) pourraient exposer des matériaux contaminés ou entraîner leur épandage.

Phase d’exploitation 

  • Un ---èchement continu n’est actuellement pas prévu pendant l’exploitation.
  • Aucun impact sur les sols n’est prévu pendant l’exploitation.

Mesures d’atténuation :

Phase de construction 

  • Avant la construction, réalisation d’évaluations hydrogéologiques aux emplacements d’---èchement pour estimer ou confirmer les débits d’eau souterraine, prévoir les impacts (p. ex. abaissement de la nappe phréatique et caractéristiques potentiellement touchées) dans la ZIA d’---èchement, et évaluation des options de traitement ou de rejet.
  • Un plan de gestion des eaux souterraines et d’---èchement sera élaboré pour guider la manipulation, la gestion et l’élimination des eaux souterraines rencontrées pendant la construction et conformément aux exigences réglementaires applicables.
  • Des meilleures pratiques de gestion (MPG) seront mises en œuvre pour gérer les eaux souterraines, et les eaux souterraines contaminées seront gérées conformément aux lois et règlements applicables, tels que le Règl. de l’Ont. 347 (tel que modifié), le Règl. de l’Ont. 387/04, le Règl. de l’Ont. 63/16 et les règlements municipaux sur les rejets, en plus du plan de gestion des eaux souterraines et d’---èchement du projet.
  • Réalisation d’une analyse détaillée du tassement au fur et à mesure de la planification du projet.
  • Utilisation de systèmes de support d’excavation au besoin ou mise en œuvre d’un traitement approprié du sol pour réduire le risque de perte de sol pendant la construction.
  • Élaboration des plans de gestion pour la manutention, la gestion et l’élimination des déblais.
  • Élaboration et mise en œuvre de plans de mesures correctives, une évaluation des risques et des plans d’atténuation des risques en cas de découverte de sols contaminés.

Phase d’exploitation 

  • Comme l’---èchement continu ou des impacts sur le sol ne sont pas actuellement prévus pendant l’exploitation, aucune mesure d’atténuation n’est requise.

 

← Retour à l'aperçu du rapport environnemental sur le projet

Les soumissions sont fermées.