> Qualité de l’air | Metrolinx Engage

Message d'avertissement

Les soumissions sont fermées.

Qualité de l’air

← Retour aux études du rapport sur les conditions environnementales

Principales conclusions

  • Les émissions provenant de sources automobiles, ferroviaires et industrielles ont été reconnues comme étant des sources significatives pour la qualité atmosphérique générale de la zone d’étude

  • Les émissions annuelles actuelles de contaminants d’échappement et de gaz à effet de serre (GES) ont été estimées pour les sources associées à la circulation automobile et au transport ferroviaire dans les secteurs de la ligne Ontario Ouest, de la ligne Ontario Sud et de la ligne Ontario Nord de la zone d’étude

  • Les données existantes sur les concentrations de base de contaminants atmosphériques critiques et de GES captées dans les stations de surveillance de la qualité atmosphérique situées à des endroits représentatifs ont été examinées et comparées aux seuils de qualité atmosphérique provinciaux et fédéraux. La plupart des contaminants ont été trouvés en concentrations inférieures à leur seuil respectif, à l’exception du benzène et du benzo[a]pyrène, qui dépassent les critères de qualité de l’air ambiant de la province (Ambient Air Quality Criteria [AAQC])

 

Ontario Ouest

  • 42 880 tonnes de gaz à effet de serre (CO2e)
  • 50 tonnes d’oxydes d’azote (NOx)
  • 243 tonnes de monoxyde de carbone (CO)
  • 0,259 tonne de SO2
  • 8 tonnes de matière particulaire (MP10 et MP2,5)

Ontario Sud

  • 47 672 tonnes de gaz à effet de serre (CO2e)
  • 45 tonnes d’oxydes d’azote (NOx)
  • 239 tonnes de monoxyde de carbone (CO)
  • 0,262 tonne de SO2
  • 13 tonnes de matière particulaire (MP10 et MP2,5)

Ontario Nord

  • 11 816 tonnes de gaz à effet de serre (CO2e)
  • 17 tonnes d’oxydes d’azote (NOx)
  • 64 tonnes de monoxyde de carbone (CO)
  • 0,086 tonne de SO2
  • 5 tonnes de matière particulaire (MP10 et MP2,5)

 

Cas vedette

La contribution de la circulation aux émissions a été répertoriée à l’aide d’un examen des niveaux de base de la qualité atmosphérique et des facteurs qui contribuent à celle-ci. Une grande partie de la zone d’étude est représentative des conditions typiques d’un centre-ville sur le plan des émissions de base, où les automobiles contribuent aux émissions de contaminants et de gaz à effet de serre. Sur le plan des émissions provenant de la circulation, les secteurs Est et Nord de la zone d’étude présentent un profil mixte, étant typique des « centres-ville » par endroits, mais plus semblable aux « quartiers résidentiels » ailleurs. Les émissions provenant de la circulation contiennent des contaminants produits par la combustion, notamment du monoxyde de carbone (CO), des oxydes d’azote (NOX), du dioxyde de soufre (SO2) et une gamme de composés organiques volatils et de particules fines. Plus la circulation est lourde, plus la concentration de ces paramètres est élevée.

Image depicting traffic congestion and emissions

Contribution aux émissions de la circulation

Source: Getty Images (n.d.). https://www.utoronto.ca/sites/default/files/GettyImages-1085693600.jpg

Méthodes

La qualité de l’air a été évaluée dans la zone d’étude, y compris l’examen des gaz d’échappement des véhicules et des gaz à effet de serre. L’évaluation était basée sur les données historiques accessibles au public captées dans les stations de surveillance de la qualité atmosphérique à proximité des sources potentielles de contaminants examinés, notamment :

  • Les émissions des automobiles

  • Les émissions ferroviaires diesel

  • Les émissions industrielles

 

Répercussions possibles et mesures d’atténuation – renseignements préliminaires à approfondir

Construction

Répercussions potentielles

  • Pollution atmosphérique causée par les émissions des véhicules de construction
  • Poussière produite par les travaux de terrassement, de démolition et de construction

Mesures d’atténuation potentielles

  • Contenir (p. ex., bâches) les sources de poussière, comme les dépôts de terre, au besoin

  • Utiliser des dépoussiérants, comme de l’eau, au besoin

  • Utiliser de l’équipement à faibles émissions, dans la mesure du possible

Exploitation

  • L’exploitation ne devrait causer aucune répercussion sur la qualité atmosphérique

Études futures

  • À partir des renseignements de base et des répercussions relevées dans les évaluations préliminaires, une étude d’impact future sera conduite

 

Voir le rapport complet

← Retour aux études du rapport sur les conditions environnementales

Les soumissions sont fermées.