> Bruit et vibrations - Prolongement vers le nord de la ligne de métro Yonge | Metrolinx Engage

Message d'avertissement

Les soumissions sont fermées.

Bruit et vibrations - Prolongement vers le nord de la ligne de métro Yonge

← Retour à l'aperçu du rapport environnemental sur le projet

Principales conclusions​

Bruits liés à la construction​

  • L’évaluation d’impact a supposé, de manière conservatrice, que tous les équipements de construction fonctionneraient dans une petite zone de travail la plus proche de chaque récepteur sensible au lieu d’être répartis sur l’ensemble d’un chantier donné.​

  • Sans mesures d’atténuation, on prévoit que les niveaux sonores de la construction dépasseront les critères de bruit de la construction à de nombreux récepteurs sensibles* le long du tracé.  ​

  • Pour réduire les impacts potentiels, des mesures d’atténuation appropriées (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation) seront mises en œuvre en plus de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un plan de gestion des bruits liés à la construction avant le début des travaux.​

Vibrations liées à la construction​

  • L’évaluation d’impact a adopté une démarche conservatrice, en supposant que les équipements de construction fonctionneraient au bord d’un chantier de construction, le plus près des récepteurs sensibles.​
  • Sans mesures d’atténuation, les critères de vibrations pourraient être dépassés aux récepteurs situés près (à une distance d’environ 9 m) des chantiers de construction de surface le long du tracé. ​
  • Le creusement de tunnels à l’aide des tunneliers ne devrait pas dépasser les critères relatifs aux vibrations liées à la construction.  Les activités de soutien au creusement des tunnels (telles que l’utilisation potentielle d’une voie ferrée temporaire dans les tunnels) pourraient dépasser les critères de vibration pour certains récepteurs situés à proximité des tunnels.  ​
  • Le potentiel de dépassement sera réduit grâce à la mise en œuvre de mesures d’atténuation appropriées (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation) et à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan de gestion des vibrations liées à la construction avant le début des travaux.​

Bruits liés à l’exploitation​

  • Les bruits liés à l’exploitation du métro devraient correspondre aux niveaux sonores qui existaient avant le début du projet. Par conséquent, aucune mesure d’atténuation n’est nécessaire.​

  • Le bruit de passage des véhicules du métro devrait être conforme ou inférieur aux critères de bruit de passage à tout récepteur sensible le long du tracé. Par conséquent, aucune mesure d’atténuation n’est nécessaire. ​

  • Grâce à des mesures d’atténuation éprouvées, telles que des écrans antibruit, les niveaux sonores de toutes les sources fixes (y compris les stations, les équipements de ventilation, les sous-stations d’alimentation en énergie de traction, les gares d’autobus et les installations de stockage des trains) devraient être conformes ou inférieurs aux critères applicables à tous les récepteurs sensibles évalués le long du tracé (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation pour plus de détails). ​

Vibrations liées à l’exploitation​

  • Grâce à des mesures d’atténuation éprouvées et facilement disponibles, il est prévu que les vibrations et le bruit au sol liés à l’exploitation du métro soient conformes ou inférieurs aux critères applicables à tous les récepteurs sensibles le long du tracé (voir Effets potentiels et mesures d’atténuation pour plus de détails). ​
  • Au fur et à mesure de l’avancement de la conception détaillée, des études plus poussées, y compris des essais sur le terrain, seront réalisées pour définir des mesures précises de contrôle des vibrations.​

 

Figure 1 : Diagramme montrant comment les vibrations se propagent et affectent les bâtiments résidentiels (zone de Royal Orchard)​

Figure 1 : Diagramme montrant comment les vibrations se propagent et affectent les bâtiments résidentiels (zone de Royal Orchard)​

Critères relatifs aux bruits et aux vibrations liés à l’exploitation​

Trains​

  • Les critères de bruit et de vibration pour les trains sont fournis par les protocoles du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs.   ​

  • Comme il n’y a pas d’exigences ou de normes provinciales pour le bruit au sol, les critères de la US Federal Transit Administration sont utilisés, comme pour d’autres projets de transport en commun récemment achevés. Des mesures d’atténuation du bruit et des vibrations seront étudiées et mises en œuvre s’il est prévu qu’un projet dépasse l’un des critères suivants :​

diagram

Installations fixes​

  • L’installation de stockage des trains (IST) et les installations telles que les stations (qui comprennent des équipements de ventilation), les sous-stations d’alimentation en énergie de traction et les gares d’autobus ont été évaluées conformément aux directives du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs, intitulées Ligne directrice relative au bruit ambiant – Sources fixes et transports – approbation et planification – Publication NPC-300. Des mesures d’atténuation du bruit et des vibrations seront étudiées et mises en œuvre s’il est prévu qu’un projet dépasse l’un des critères suivants : ​

diagram


Terminologie relative au bruit et aux vibrations​

  • Bruits et vibrations ambiants​: Les niveaux de bruit de fond et de vibrations avant le projet. Utilisé de manière interchangeable avec les niveaux de bruit et de vibrations de fond ou de référence.​
  • dBA: Niveau sonore ajusté en fonction de la façon dont les humains perçoivent les différentes fréquences.​
  • Bruit aérien​: Bruit transmis par l’air.​
  • Bruit transmis par le sol​: Bruit généré par les éléments du bâtiment ou de la structure en réponse aux vibrations du sol.​
  • Vibrations transmises par le sol​: Vibration des composants du bâtiment ou de la structure en réponse aux vibrations du sol.​
  • Lpassby: Représente le niveau de bruit admissible associé au passage d’un train.​
  • Moyenne quadratique de la vitesse des vibrations​: Mesure de l’amplitude des vibrations et indication de l’énergie vibratoire, également exprimée en VdB.​
  • Sous-station d’alimentation en énergie de traction​: Une installation qui transforme la tension d’alimentation du service public pour la distribuer aux trains.​

Effets potentiels et mesures d’atténuation​

Effets potentiels​

Bruits et vibrations liés à la construction :​

  • Sans mesures d’atténuation, il est possible que les critères de bruit et les critères de vibrations soient dépassés à certains récepteurs situés près des chantiers de construction de surface le long du tracé. ​

Bruits et vibrations liés à l’exploitation :​

  • Sans mesures d’atténuation, il existe un risque de dépassement des critères de bruit des installations fixes ainsi que des critères de bruit et de vibrations transmis par le sol à de nombreux récepteurs le long du tracé.​

  • Aucun dépassement des critères de bruit aérien n’est prévu lors de l’exploitation des trains au niveau des récepteurs situés le long du tracé. ​

Moveable point frogs

Figure 2 : Les cœurs de croisement à pointes mobiles éliminent l’espace entre les rails au niveau des croisements, réduisant ainsi le bruit et les vibrations des trains passant sur ces croisements​

frog showing gaps between the rails

Figure 3 : Croisement ou cœur de croisement standard illustrant les espaces entre les rails qui génèrent des bruits et des vibrations supplémentaires​

Mesures d’atténuation​

Bruits liés à la construction :​

  • Utilisation d’équipements qui répondent aux critères provinciaux dans la ligne directrice NPC-115. ​
  • Maintien des équipements en bon état de fonctionnement et utilisation de dispositifs de silencieux efficaces, au besoin. Fourniture de surfaces lisses pour la circulation des véhicules dans les zones de construction afin de réduire les bruits impulsifs tels que les bruits de hayon des camions à benne. ​
  • Élaboration de plans pour des zones de préparation des travaux qui réduisent le bruit aux récepteurs sensibles situés à proximité. Cela peut inclure : ​
    • Maximiser la distance de séparation des équipements fixes (tels que les générateurs et les compresseurs) dans la mesure du possible. ​

    • Sélectionner des zones de préparation des camions qui sont le plus loin possible des récepteurs sensibles. ​

    • Concevoir des itinéraires optimaux pour les camions, qui minimisent les déplacements sur le chantier (notamment la marche arrière) et évitent les déplacements le long des rues résidentielles plus calmes. ​

  • Planifier les activités bruyantes pendant le jour, si possible. ​
  • Envisager et ériger des barrières acoustiques ou des enceintes acoustiques temporaires autour des équipements bruyants tels que les pompes à béton, les compresseurs ou les générateurs et autour des zones de construction à long terme (comme le puits de lancement), selon les besoins. ​
  • Réaliser une surveillance en temps réel du bruit afin de déceler les sources de dépassement potentiel des critères et mettre en œuvre des mesures d’atténuation supplémentaire pour réduire les impacts du bruit et des vibrations, au besoin.​
  • Élaborer un protocole de communication pour informer la communauté des activités bruyantes à venir, des travaux de nuit et de leur durée, et traiter les plaintes en temps utile.​

Vibrations liées à la construction :​

  • Mise en œuvre de solutions d’isolation des vibrations, telles que des fixations résilientes pour les voies temporaires utilisées par les locomotives de service temporaires pendant le creusement du tunnel ou l’utilisation de véhicules de service à pneus en caoutchouc, selon les besoins.​

  • Minimisation des écarts entre les segments de rail adjacents dans les voies temporaires.

  • Réalisation d’inspections et de maintenance régulières des voies temporaires, des trains de service et des wagons afin de minimiser le bruit et les vibrations pendant les opérations de creusement du tunnel.​

  • Planification des activités à forte intensité de vibrations, comme le compactage vibratoire, pendant la journée dans la mesure du possible. ​

  • Réalisation de relevés de l’état des lieux avant la construction et surveillance conformément au règlement 514-2008 de la ville de Toronto, au besoin.​

  • Maximisation de la distance entre les équipements et les récepteurs sensibles, dans la mesure du possible. ​

  • Sélection de méthodes et d’équipements de construction et de maintenance ayant le moins d’impacts en matière de vibrations, dans la mesure du possible. ​

  • Utilisation d’équipements de construction à des réglages générant moins de vibrations, s’ils sont disponibles.  ​

  • Les équipements lourds qui se déplacent sur des bosses ou des irrégularités de la surface peuvent générer des niveaux de vibration plus élevés. Maintien de surfaces lisses dans les zones de construction afin de réduire les niveaux de vibrations générés par de telles activités.​

Bruits liés à l’exploitation :​

  • Déploiement de technologies des véhicules et des voies et les mesures d’entretien connexes.  Cela inclut la maintenance régulière des roues (pour s’assurer que les roues soient lisses et rondes) et du meulage des rails (pour s’assurer que les rails soient lisses). ​
  • Pour les stations, les sous-stations d’alimentation en énergie de traction et la structure de portail, mise en œuvre des mesures d’atténuation suivantes :​
    • Tous les systèmes de ventilation des tunnels doivent être munis de silencieux, au besoin, afin de réduire le bruit au minimum et de respecter les critères énoncés dans la ligne directrice sur le bruit lié aux sources fixes et aux transports du MEPP (NPC-300). ​

    • Un mur antibruit de 5,5 m de haut à la gare d’autobus de la station Clark, sous réserve de la poursuite de la conception détaillée de la gare.​

  • Pour l’installation de stockage des trains, mise en œuvre des mesures d’atténuation suivantes :​
    • Un mur antibruit de 5,5 m de haut le long de l’extrémité ouest de l’installation de stockage des trains, sous réserve de la poursuite de la conception détaillée de l’IST.

    • Mettre en place des voies spéciales silencieuses telles que des cœurs de croisement à pointes mobiles. ​

  • Sélection de l’équipement mécanique et électrique de l’installation (stations, SSAET et IST) pour minimiser les niveaux sonores et répondre aux critères de la ligne directrice NPC-300.​

Vibrations liées à l’exploitation :​

  • Mise en œuvre de mesures d’atténuation telles que des voies à dalles flottantes, des tapis sous ballast, des fixations résilientes et des cœurs de croisement à pointes mobiles, sous réserve d’une conception et d’études détaillées supplémentaires, telles que des mesures sur le terrain de la capacité des sols à transmettre les vibrations. ​

  • Mise en œuvre d’une maintenance régulière des véhicules et des infrastructures, comme le meulage des rails et la maintenance des roues.​

 

← Retour à l'aperçu du rapport environnemental sur le projet

Les soumissions sont fermées.